Femmes en Méditerranée, visages et parcours de migration – 8 mars

Conférence organisée par SOS Méditerranée et RFI, en direct lundi 8 mars à 19h. En accès libre sur la page Facebook (inutile de posséder un compte Facebook pour suivre la conférence). Avec :
* Nejma Brahim, reporter pour Mediapart à bord de l’Ocean Viking en janvier/février 2021
* Camille Schmoll, géographe, directrice d’étude à l’EHESS, autrice du livre Les damnées de la mer : femmes et frontières en Méditerranée
* Laurence Bondard, chargée de communication à bord de l’Ocean Viking


La conférence sera ensuite accessible en rediffusion sur la chaîne YouTube de SOS Méditerranée, ainsi que sur le site de RFI.

Respect de la République ou défiance envers les associations ?

Mardi 16 février dernier, les députés adoptaient le projet de loi visant à conforter le respect des principes de la République en première lecture. Depuis plus d’un mois, les acteurs du monde associatif expriment leurs inquiétudes face à un texte qui concerne un ensemble de droits et libertés publiques constitutionnellement et conventionnellement garantis. La Cimade, membre de L.A. Coalition, soutien cette mobilisation et la pétition : https://lemouvement.ong/loiseparatisme/

A 18 ans, on devient des fantômes


Le collectif JMSP (jeunes majeurs sans papiers) de Franche Comté vient de se créer ! 

Mineurs arrivés de différents pays, ils ont été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance, ils ont été au lycée, ont démarré un apprentissage, se sont intégrés… Peine perdue : « A nos 18 ans[…] nous nous sommes retrouvés à la rue […] Malgré notre insertion sociale et professionnelle, nous avons reçu une obligation de quitter le territoire français (OQTF). »
Pourquoi la création de ce collectif ?
Il ne s’agit pas de cas isolés. Mais de milliers de jeunes dans la même situation que nous au niveau national. A notre majorité, nous devenons des fantômes, nous perdons toute existence publique.

Un apprenti régulariser… et les autres ?

Il a fallu la grève de la faim de son employeur et une grande mobilisation pour que Laye, apprenti boulanger soit régularisé. Quelque soit la situation scolaire et professionnelle des jeunes mineurs, l’anniversaire de 18 ans, c’est l’annonce d’une expulsion…  » La loi prévoit pourtant la délivrance d’une carte de séjour pour ces jeunes dès lors qu’ils et elles en remplissent les conditions d’obtention. » https://www.lacimade.org/comme-laye-et-amadou-les-enfants-etrangers-confies-a-lase-doivent-pouvoir-vivre-sur-le-territoire-francais-apres-18-ans/